Voyantes : Les messagères aux services des armées

Voter post

La voyance est une pratique ancestrale : les pratiques divinatoires étaient déjà présentes dans les civilisations les plus anciennes, et le fait d’exploiter ses dons psychiques au service des autres est une chose relatée dans les écrits les plus anciens.

messagères et voyante

Dans le psaume 68.11 il est écrit ; Le Seigneur dit une parole, Et les messagères de bonnes nouvelles sont une grande armée.

Les voyantes étaient considérées comme des messagères

Consultées à chaque étape importante de la vie et pour régler toutes les difficultés du quotidien, les messagères étaient très respectées et possédaient un statut particulier, qui n’était pas tout à fait celui du commun des mortels. Il était d’usage d’attribuer leurs capacités divinatoires à un don divin, aussi étaient-elles considérées comme des messagères capables de communiquer avec les forces invisibles.

Les intermédiaires

Prêtresses et médiums ont été considérés comme des guides spirituels. Par ailleurs, dans l’antiquité Japonnaise exista les prêtresses shintoïstes. Leur mission consistait à purifier les maisons et à se débarrasser des entités. Ces prêtresses, étaient aussi connues sous le nom des Mirko. Ces dernières priaient pour les malades et les familles. Dans la civilisation celtique, ce sont les druides qui, grâce à leur savoir, ont joué le rôle d’interprètes entre Dieu et les hommes.

Ces personnes étaient considérés comme des êtres puissants et très respectés.

Le travail des messagères étaient considéré comme sacré, faisait l’objet de rituels spécifiques afin de rendre hommage aux forces mises à contribution lors de la séance de divination : l’idée était alors que ces forces, étant utilisées à des fins personnelles, devaient être remerciées par des offrandes adaptées. L’intermédiaire de ces visions étant la voyante, celle-ci méritait un traitement privilégié.

Des dons symboliques étaient offerts aux voyantes

Des dons symboliques, comme de l’encens ou de la nourriture, mais également de l’argent ou des biens matériels étaient nécessairement offerts à la voyante consultée en rétribution de ses efforts exceptionnels.

De tout temps et partout dans le monde, les hommes se sont tournés vers la voyance afin d’obtenir des éclaircissements sur leur futur, des conseils avisés pour mener leur vie et leurs projets à bien.

Les voyantes dotées d’un véritable don de divination se font rares

Aujourd’hui, dans notre société occidentale contemporaine, les voyantes véritables et sérieuses dotées d’un don inné pour la divination se font rares. Consulter une cartomancienne sérieuse par téléphone peut pourtant marquer un tournant dans votre existence ! En effet, elles peuvent se montrer très précieuses pour permettre de débloquer certaines situations complexes, ou pour offrir une réponse adaptée aux aléas parfois bouleversants de l’existence.

La voyante en plus de son don à un rôle de confidente et de conseillère

Les voyantes étaient également considérée comme des confidentes et des conseillères, leur rôle est délicat et nécessite une grande disponibilité psychique de leur part afin de permettre à leurs capacités de s’exprimer dans les meilleures conditions.

Leur perception

Un grand médium est comparable à un grand artiste et est tout aussi rare. Leur génie est à la perception psychique de la même façon que le génie d’un artiste est à la poésie.

La voyance et la médiumnité sont des mots étroitement liés. Un voyant ou un médium est doué d’extra-lucidité. Mais comme tout le monde, il possède des points forts et des faiblesses parce que c’est un homme avant tout. On doit veiller sur les messagers, ils sont très sensibles.

On dit que le temps n’existe pas chez une voyante. Je le conçois aisément. Même si elle ne le montre pas, ses sentiments lui jouent des tours. Son don médiumnique n’est pas constant parce que celui-ci est sujet à des bouleversements. La tranquillité est essentielle. Elle a souvent besoin de solitude.

Même si tous les voyants ne sont pas les mêmes, chacun d’eux est un intermédiaire unique qui ne ressent qu’une portion infinie de l’univers dans lequel nous vivons. A l’image d’une radio, ces personnes se connectent sur des fréquences différentes.

Laisser un commentaire