(Optional) This text will appear in the inbox preview, but not the email body.

LA VOYANCE EXISTE

la voyance

 

Tout savoir sur la voyance

Bien qu’elle soit présente depuis des siècles sur tous les continents, la voyance reste une pratique trop souvent méconnue. Malgré cela, les premiers concernés le savent : l’intérêt du public ne fait que s’accroître d’année en année. Alors, dans quels cas s’adresser à un voyant ou à une voyante, et que peut-on attendre d’une telle rencontre ? La personne dotée de ce don est-elle une sorte de « psychologue », ou bien son rôle se situe-t-il ailleurs ? Et d’ailleurs, comment savoir si l’on possède, soi-même, le don de voyance ? En quoi consistent les visions des voyantes et des voyants ? Que peuvent-ils révéler à ceux et celles qui les consultent ? Et comment peut-on soi-même devenir voyante ? Petit tour d’horizon. 

Brève introduction à la voyance

Selon les théoriciens, la voyance existe depuis la nuit des temps. Car il y a toujours eu des personnes capables de comprendre la chose suivante : certains humains peuvent entrevoir des événements futurs. Pourquoi ? Parce qu’elles possèdent un don, qui leur permet de voir au-delà du voile de la réalité, et d’interpréter des signes qui échappent à d’autres. Dans la vie d’une telle personne, ce don peut apparaître très tôt : on le voit, par exemple, avec des enfants qui, dès leur plus jeune âge, ressentent la souffrance des malades dès qu’ils rentrent dans une pièce. Ou avec d’autres qui, pendant la nuit, font des rêves prémonitoires... À moins qu’ils ne prévoient tout simplement des événements qui ne se sont pas encore déroulés. Il arrive aussi que le don de voyance se présente sous formes de flashs, qu’il peut être difficile d’interpréter lorsqu’on n’y a pas été habitué. Il n’existe donc pas une sorte de voyance, mais bien une multiplicité. 

Comment les voyantes savent-elles qu’ils ont un don ?

En général, le don de voyance apparaît assez tôt dans la vie d’une personne. Ainsi, il n’est pas rare que celui-ci se manifeste à l’enfance. Le problème, c’est que bien souvent, les parents nient ce don. L’enfant, lui, se rend bien compte de ses capacités. Mais, s’il n’est pas encouragé, il risque de ne pas exploiter son don, et de le voir passer à l’arrière-plan. On peut ainsi « oublier » son don pendant des années. Mais généralement, celui-ci se re-manifeste de façon plus intense à l’approche des trente ans. Au début, l’adulte qui possède un don de voyance a l’impression de simplement « deviner » certaines choses. Ses proches s’en étonnent et félicitent son « intuition », son « sixième sens ». C’est à cette période qu’il est crucial pour les voyantes de peaufiner leur pratique, pour encourager le développement de leur don. Ainsi, il est bon de noter et d’interpréter tous les rêves prémonitoires et autres visions, pour encourager leur fréquence d’apparition. 

Que voient les voyantes et les voyants ?

Au début d’une séance, le voyant va relâcher ses muscles, vider son esprit, et entrer dans un état proche de la méditation. Cela va lui permettre de mieux capter les visions, et d’intercepter les signaux que lui renvoie la personne. À ce moment, le voyant se retrouve « ailleurs » : il perd toute notion temporelle, son esprit semble quitter son corps, ses sensations s’amplifient aussi bien au niveau de l’odorat que de l’ouïe, du toucher ou de la vue. Une suite d’images, « flashs » ou « clichés » défilent devant ses yeux ; c’est là qu’il est crucial de savoir les interpréter. Car ces images constituent la base des visions. Dans certains cas, ce seront des images extraites de votre enfance ou de votre adolescence ; dans d’autres, des images qui proviennent de votre avenir. Parfois des couleurs, des odeurs ou des sons, que le bon voyant saura interpréter. 

Les voyants : que peuvent-ils dire… Ou pas ?
Il est important de comprendre que les voyants ne peuvent ni tout voir, ni dire tout ce qu’ils ont vu. Dans certains cas, ils ne parviennent pas à interpréter une vision donnée, et préfèrent donc ne pas la révéler. En outre, leurs prévisions peuvent se focaliser sur certains domaines (vie amoureuse ou professionnelle, par exemple) et pas d’autres. La pratique qui consiste à « décrypter » les visions est aussi importante que les visions elles-mêmes. Précisions également qu'une marge d’erreur existe, et que les bons praticiens sont les premiers à le reconnaître. Pour le voyant ou la voyante, l’important est d’accorder du crédit à chaque vision, sans parti pris, ni a priori. Il peut aussi arriver que les visions ne concernent pas la bonne personne. Mais le cas le plus commun, c’est celui où les visions sont trop lointaines : elles se réaliseront bel et bien, mais dans un certain temps. 

Comment s’exercer à la voyance ?
Quand on sent qu’on est doté de capacités divinatoires ou extra-sensorielles, il est important de les exploiter. Cela demande du travail et de la concentration. Pas question d’abandonner au premier échec ! La voyance est un don, mais aussi un art, une pratique qui se développe en y consacrant du temps et du travail. Pour aider ses capacités à se développer, un bon exercice consiste à noter ses rêves chaque matin au réveil. Pour cela, il est bon de toujours conserver un cahier et un stylo à côté du lit… Et de se motiver à prendre des notes, même lorsque l'on se réveille en pleine nuit. On entraîne ainsi le subconscient à dialoguer avec la conscience. On peut aussi « s’amuser » à essayer de deviner comment va se passer notre journée. Qui va-t-on croiser dans la rue ? Quelle sera la tenue du collègue ? On peut aussi essayer de deviner la provenance de l’appel quand le téléphone sonne, ou encore de tirer une carte au hasard dans un jeu, et de la deviner. Enfin, il est parfois importun d’adopter un « outil » de voyance, comme un pendule ou un jeu de tarot.

 

 

 

 

la voyance
 

 

voyant
 

Mentions légales - CGV