Pourquoi la mort n’existe pas et que tout est une illusion ?

Pour beaucoup la mort est la fin de la vie. Pourtant un chercheur en biotechnologie américain théorise aujourd’hui que la mort n’existe pas.

la mort n'existe pas

Pourquoi la mort n’existe pas ?

Le Dr Robert Lanza est à l’origine de la théorie du biocentrisme, définie comme une nouvelle théorie de l’univers. Pour lui, la conscience humaine crée l’univers et l’observateur détermine la réalité. L’espace et le temps sont donc perçus différemment selon les individus.

C’est la vie qui est le point central de la réalité et du cosmos. Le Dr Robert Lanza affirme donc que si l’espace et le temps n’existe pas, la mort n’est pas une fin. À la mort physique, l’énergie de la conscience ne s’éteint pas et passe dans un univers parallèle, car la vie est éternelle.

Il compte sur la physique quantique pour mettre en évidence les particules qui se déplacent dans le champ de la conscience. Elles sont le lien entre mort et univers parallèles. Rappelons que la physique s’occupe de l’infiniment petit et repose sur les probabilités et non la prédictive.

Nous nous trouvons à deux endroits différents :

Pour résumer très schématiquement, une particule peut se trouver à deux endroits en même temps . Comme nous sommes constitués de particules, ne pourrions-nous pas nous trouver à deux endroits en même temps, voire dans une infinité d’univers parallèle.

La mort n’est pas une fin

Que la mort n’existe pas ou qu’elle existe, cette théorie prend la forme d’un questionnement ésotérique. Elle cherche à relier la science et la spiritualité, qui campe chacune sur ses positions. En attendant la preuve scientifique, on peut mettre tout le d’accord avec la définition de la vie.

Dans son entretien nommé « L’acceptation de soi », Franck Lopvet se définit comme un clairvoyant. Il découvre cette capacité à 18 ans, en faisant du porte-à-porte pour payer ses études. Il comprend alors qu’il a la capacité de se connecter à la structure énergétique de chacun de ses clients. En se reliant avec celle-ci, son corps reçoit les informations contenues dans la matière et le vide qui composent celle-ci.

Les échos renvoyés dans l’univers.

Nous vivons dans un monde vibratoire fait de fréquences et d’énergie qui forme un champ électromagnétique ou une aura autour de tout être vivant ou de tout objet de la planète Terre. Chaque fréquence émise est un ordre donné à l’univers de créer une situation qui nous permet de vivre cette fréquence. Quand la structure énergétique bouge grâce à une nouvelle expérience, c’est la vie qui bouge. 

En croyant à la structure ou à la sphère énergétique, il a longtemps cherché une validation auprès des autres avant d’assumer son propre système de croyances, notamment en affirmant que la mort n’est pas une fin. D’ailleurs, Einstein n’a attendu après personne pour établir la théorie de la relativité. 

En résumé, vivre c’est émettre des vibrations et générer un champ électromagnétique et de l’énergie. Ces émissions transforment le relatif dans lequel vous vivez. Ce dernier est un relatif où vous percevez les objets par rapport à leur contraire.

Par exemple, si vous vivez dans un monde blanc, vous ne saurez qu’il est blanc que s’il y a du noir.

Pourquoi la mort est une illusion ?

Nous prenons conscience de notre vie en même temps que nous prenons conscience de la mort qui vient la limiter. Parce que la règle sur cette planète est simple : vous expérimentez vos croyances, et vous construisez votre réalité, autrement dit votre .

En fait, la question est de savoir que la mort n’est pas une fin. Franck Lopvet avance que nous sommes des entités divines anciennes ou avancées capables de maîtriser les théories génétiques. Nous avons juste oublié que nous sommes les créateurs de la réalité que nous expérimentons actuellement.

La vie est un jeu !

Dans des temps reculés, nous avons investi la Terre pour expérimenter un relatif. Nous avons créé des sphères de vie à l’image de cette planète. Après avoir créé et investi des corps physiques, qui nous ont servi de véhicules pour arriver. Et, nous avons commencé à jouer. Nous avons créé des personnages dans lesquels nous avons instillé la peur de mourir, juste pour qu’il reste en vie et que le jeu continue. À chaque fois qu’un personnage meurt, le jeu repart à zéro et il faut en recréer un nouveau. La règle du jeu consiste à jouer à la vie, mais en oubliant que nous en sommes les créateurs.

La peur de mourir

Ces entités continuent à observer le jeu dans lequel nous sommes engagés depuis des millénaires en pensant que la mort n’existe pas. Le jeu va si loin que nous sommes persuadés que nous nous résumons à notre corps et que la mort n’est qu’une fin. Nous avons même peur de le perdre alors que nous sommes des dieux créateurs et que la mort n’est qu’une illusion.

La mort n’est qu’une illusion. En réalité, nous sommes constitués d’une partie invisible et cette part de nous est éternelle, car elle ne subit pas l’influence de l’espace . Nous ne perdons que notre corps physique qui lui y est soumis. Alors, profitons du jeu, et vivons notre vie, c’est aussi simple que cela !

On peut choisir entre ombre ou lumière.

D’autant plus, que nous disposons de l’aide des anges qui sont à notre service et qui se chargent de nous aimer et nous sauver. Ils sont l’intermédiaire entre les entités et les humains. Ces entités ne se sont pas incarnées dans la matière, elles ont fait le choix de l’amour en étant du côté de Dieu. Alors que nous humains, nous sommes autonomes et disposons de notre libre arbitre. Nous pouvons choisir entre Dieu et diable, l’ombre et la lumière ou encore l’amour et la haine.

La vie, la mort et le multivers !

En tant que créateurs, nous pouvons polariser notre pensée pour créer de la matière, une multitude de corps dans le mutivers en simultané. Cela nous permet de vivre des expériences de vie indépendantes les unes des autres pour recueillir des informations qui vont aider nos diverses incarnations.

Vie, mort et mondes parallèle sont des notions indissociables. Ces expériences se déroulent à la fois il y a 2 000 ans ou dans 2 000 ans. Le partage de l’information se fait pendant le sommeil, à travers les rêves.

Une pensée va à nos amis Arnaud et Romain Gorlier, Candice et Jackson qui sont partis trop vite dans un autre monde et à mes proches disparus…

Laisser un commentaire